Bitcoin dans le brouillard de la guerre. Partie II

In the Dans la première partie, nous avons examiné la condition connue sous le nom de "brouillard de guerre" et son effet sur le processus d'adoption de Blockchain et des crypto-monnaies. L'objectif était de mieux comprendre la réaction complexe de l'establishment financier mondial face à l'évolution de cette technologie perturbatrice et de sa classe d'actifs numériques naissante - les crypto-monnaies. Dans la deuxième partie, je voudrais me concentrer sur le cœur du secteur bancaire - ses systèmes bancaires centraux.

On assiste à une forte poussée vers les services bancaires transactionnels - chaque banque souhaite désormais faciliter les paiements en ligne (paiements de factures, transferts de fonds transfrontaliers, comptes de diasporas, comptes de commerçants électroniques, etc. La banque russe Sberbank a investi 500,87 millions de dollars dans une coentreprise de commerce électronique avec Yandex Market. En Chine, par exemple, l'ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) possède un site qui est l'un des principaux centres commerciaux en ligne.

Ces dernières années, les volumes de transactions par carte de crédit ont connu une forte croissance dans les pays émergents d'Asie (76,1 %), dans la région CEMEA (13,6 %) et en Amérique du Nord (8,7 %), respectivement. Au cours des dix dernières années, le ratio cartes de débit/cartes de crédit est passé de 59:41 à 90:10 en raison de Bâle III et des changements de politique de crédit. Au cours des prochaines années, les volumes de transactions par cartes de crédit devraient être affectés par le plafonnement des commissions d'interchange en Europe, la hausse des coûts d'émission des cartes de crédit et la réticence des banques à émettre des cartes de crédit dans un environnement économique incertain. Ces zones économiques, jugées "incertaines" par les banques, présenteront de parfaites opportunités de croissance pour les systèmes de paiement alternatifs.

Comme indiqué précédemment, le grand livre des transactions bancaires actuel a été mis au point par le processus de comptabilité à double entrée des Médicis au 14e siècle. Le système financier moderne est simplement un réseau de ces grands livres détenus par chaque banque. Derrière des interfaces utilisateur et des applications mobiles souvent modernisées, le cœur d'une banque est son système bancaire central. Souvent vieux de plusieurs dizaines d'années et fonctionnant sur des mainframes (Hogan), ce logiciel est responsable de la gestion d'une grande partie des opérations d'une banque, comme le traitement des dépôts, des paiements, des prêts et d'autres transactions. Historiquement, les solutions de core-banking ont été des implémentations à haut risque et lourdes en services. Selon Cognizant, 25 % des projets de core-banking échouent. Les modèles de données propriétaires souvent conçus autour des produits bancaires limitent la capacité des organisations à réorganiser leurs activités et à offrir de nouvelles expériences. Une étude récente de BusinessInsider souligne que les systèmes logiciels centraux hérités, mis en œuvre il y a plusieurs dizaines d'années, laissent tomber les banques, et que le remplacement des anciens systèmes, ou la " réorganisation ", devient de plus en plus nécessaire. En bref, on pourrait dire qu'à terme, la demande croissante à l'égard des systèmes bancaires centraux existants les obligera à abandonner un système vieux de 600 ans et à évoluer.

Alors, pourquoi y a-t-il tant de résistance à accepter la nouvelle technologie qui promet des coûts de transaction moins élevés ? Qu'est-ce que cela signifie vraiment : "Blockchain n'est pas Bitcoin" ? Pourquoi ce dernier est-il traité comme un "danger clair et présent" par le monde de la monnaie fiduciaire ? Eh bien, la raison évidente d'une telle hostilité pourrait être le mandat pour les actifs numériques tels que le bitcoin - la crypto est un instrument précis et pointu dont le seul but est de faciliter les obligations divulguées par des contrats intelligents sans intermédiaire, sans l'implication d'une institution centrale.

Ainsi, on pourrait dire que la BTC est née pour perturber et éliminer le fiat. C'est à ce stade que le brouillard de la guerre devient le plus épais. Examinons les principales déclarations des deux côtés des barricades.

Vitesse - plus précisément Transactions par seconde (TPS).

Nous entendons souvent dire que le réseau des cartes VISA/Master est capable d'effectuer plus de 24 000 TPS et que Bitcoin est trop lent avec seulement 7 transactions par seconde. Je ne veux pas débattre des chiffres exacts basés sur les derniers développements, les fourchettes et les différentes cryptos, car ce n'est pas la question. Ce qui est intéressant, c'est qu'Alibaba (AliPay) a enregistré cette année une augmentation de 27 % de son chiffre d'affaires à 30,8 milliards de dollars pour la fête des célibataires, par rapport aux ventes de 2017, qui ont exigé près de 300 000 transactions par seconde en période de pointe. Une question se pose : comment cela est-il possible ? N'utilisent-ils pas le réseau VISA/Mastercard qui devrait les limiter à des TPS beaucoup plus faibles ? Eh bien, l'une des explications est le type de transactions qui ont été facilitées

Nous entendons souvent dire que le réseau des cartes VISA/Master est capable d'effectuer plus de 24 000 TPS et que Bitcoin est trop lent avec seulement 7 transactions par seconde. Je ne veux pas débattre des chiffres exacts basés sur les derniers développements, les fourchettes et les différentes cryptos, car ce n'est pas la question. Ce qui est intéressant, c'est qu'Alibaba (AliPay) a enregistré cette année une augmentation de 27 % de son chiffre d'affaires à 30,8 milliards de dollars pour la fête des célibataires, par rapport aux ventes de 2017, qui ont exigé près de 300 000 transactions par seconde en période de pointe. Une question se pose : comment cela est-il possible ? N'utilisent-ils pas le réseau VISA/Mastercard qui devrait les limiter à des TPS beaucoup plus faibles ? Eh bien, l'une des explications est le type de transactions qui ont été facilitées

Vous pourriez vous demander pourquoi cela devrait m'intéresser. Dans le cas d'une transaction avec autorisation uniquement, l'institution de vente ne fait que demander l'autorisation de traiter une transaction ; elle ne la traite pas réellement. Cela se traduit par une charge "en attente" sur le relevé du client. Pour ceux d'entre vous qui ne sont pas au courant des subtilités des réseaux de paiement, je suis sûr que vous avez vu sur vos relevés de carte de crédit en ligne des transactions en attente. Ce sont elles et elles peuvent retenir le montant réservé longtemps après qu'il ait été nécessaire (frais d'hôtel, location de voiture, etc.) Cela peut être très ennuyeux pour ceux qui ont une ligne de crédit limitée.

Et qu'est-ce que la blockchain ou la crypto ont à voir avec tout cela ! Eh bien, tout et rien - cela dépend de votre point de vue. J'imagine que la plupart des gens ont déjà entendu l'argument suivant : vous ne voudriez jamais acheter une tasse de café et attendre 20 minutes pour une transaction en BTC..

Pour être juste - oui, pour les petites transactions (microtransactions), il faut plus de temps pour être écrit dans un bloc. Cependant, quel que soit le temps nécessaire à l'écriture de la transaction, une fois qu'elle est effectuée, elle est définitive - ce qui signifie qu'elle ne peut pas être annulée (pas de rétro facturation) et que le commerçant dispose des fonds sur son compte - "libre et clair". Or, comme nous l'avons démontré ci-dessus, les transactions par carte de crédit ne sont pas réglées immédiatement. L'information ci-dessous provient de l'un des principaux fournisseurs de passerelles de paiement (pour des raisons évidentes, je ne divulgue pas la source).

Le processus complet (règlement) prend un temps de T+3* jours ouvrables, T étant la date de capture du paiement. * Le cycle de règlement est soumis à l'approbation de la banque et peut varier en fonction de votre secteur d'activité, du facteur de risque, etc.

On pourrait dire : "Attendez une minute ! Je dois attendre TROIS jours ouvrables pour recevoir mon argent après m'être servi une tasse de café ! En effet, il se peut que vous deviez attendre ! Cela dépend également de votre secteur d'activité, du facteur de risque - supposons que la plupart des gens savent ce que c'est :)

Tout à coup, attendre 20, 30 ou même 60 minutes pour recevoir des fonds en BTC ne semble pas être une proposition si perdante, n'est-ce pas ? N'oubliez pas qu'il suffit d'une seule transaction BTC pour payer/transférer les fonds, et qu'il faudra un certain temps pour compter toutes les transactions nécessaires pour faciliter un seul paiement sur le réseau VISA/Mastercard.

Les barbares à la porte et pourquoi la confiance est essentielle ?

Si vous vous souvenez, nous parlons de l'adoption de la blockchain et des crypto-monnaies par les banques, et plus précisément par les systèmes bancaires centraux. Donc, si vous essayez d'argumenter que le système financier actuel peut déplacer l'argent moins cher et plus rapidement - vous ne gagnerez pas cet argument (peu importe la volatilité du prix du BTC en ce moment). Auparavant, nous avons montré que le coût d'une transaction en BTC était beaucoup moins élevé (il suffit de quelques centimes pour transférer des millions) que les solutions bancaires existantes. Même à ses débuts en tant que classe d'actifs, la crypto-monnaie alimentée par la technologie blockchain est plus efficace. La question est le facteur de confiance. La majorité d'entre nous, non sans raison, fait simplement plus confiance à un système financier obsolète. Nous lui faisons confiance pour nous livrer notre argent. C'est le pilier, l'essence de notre bien-être, que malgré les crashs fréquents, les crises et le manque de bon sens, le système bancaire actuel continuera à nous donner accès à notre argent durement gagné. Voici le paradoxe du processus d'adoption actuel de cette nouvelle innovation disruptive - nous voulons que le processus d'adoption réussisse tout en sachant que son objectif est de perturber et de détruire le monde fiduciaire. La stratégie d'investissement Barbell est une méthode qui tente de garantir le meilleur des deux mondes. Il est possible, selon le raisonnement, d'obtenir des gains substantiels sans prendre de risques excessifs. Est-ce vraiment réalisable avec ce processus d'adoption ? Il semble que la blockchain et les crypto-monnaies soient comme un virus mortel que le système bancaire doit s'injecter et espérer développer des anticorps à temps pour survivre.

Utiliser ou ne pas utiliser wsera la question à laquelle chacun d'entre nous (dans le secteur bancaire et ailleurs) devra répondre. En temps voulu, le consensus déterminera le sort de cette nouvelle technologie.

La confiance prend du temps à se développer. Une confiance qui implique notre argent l'est encore plus. Difficile à accepter, mais je me souviens encore d'arguments similaires exprimés par les consommateurs à propos de l'utilisation de cartes "plastiques". C'était la même résistance à l'innovation exprimée par des déclarations : "L'argent liquide est l'argent liquide, et il ne sera jamais remplacé par le plastique." L'innovation perturbatrice est un terme inventé en 1997 par Clayton M. Christensen de la Harvard Business School dans son premier livre "The Innovator's Dilemma". Il décrit un processus par lequel un produit ou un service s'implante d'abord dans des applications simples au bas de l'échelle d'un marché, puis monte inexorablement sur le marché, pour finalement évincer les concurrents établis (oui, j'ai lu des avis contestant ce point de vue - ils ne s'appliquent pas ici). Cela peut en surprendre plus d'un : la carte Diners Club, qui a fait ses débuts en 1950, a été inspirée un an plus tôt par un moment "a-ha" lorsqu'un client nommé Frank McNamara a oublié son portefeuille alors qu'il participait à un dîner d'affaires au Major's Cabin Grill de New York. Quelques mois plus tard, McNamara et son associé, Ralph Schneider, sont revenus au restaurant avec une petite carte en carton et une proposition qui a donné naissance à la carte Diners Club.

Attendons-nous toujours notre moment "a-ha" concernant la blockchain et la BTC ? Voici quelques informations supplémentaires. En raison de la nature publique du grand livre des transactions BTC, nous pouvons voir ce qui se passe au fur et à mesure. Cela montre qu'il y a déjà suffisamment de confiance pour faciliter certaines transactions.

Au total, c'est une valeur marchande de plus de 1,02 milliard de dollars qui a été transférée des portefeuilles dormants en quelques heures ce jour-là. Pour replacer cela dans un certain contexte, il s'agit d'un volume de crypto-monnaies qui dépasse largement la moitié du montant total de BTC échangé sur les marchés boursiers au cours des 24 heures précédentes. Les chiffres ne sont que des chiffres, mais la transparence des flux d'actifs ne peut être égalée, même de loin, par le système bancaire existant. La valeur de cette transparence sera également jugée par nous, les consommateurs et les banquiers du futur.

Un autre facteur important à garder à l'esprit est que la CTB n'a jamais été conçue pour les opérations de détail, en particulier pour les achats quotidiens. La technologie nécessaire à son application à grande échelle n'a pas encore été développée. Nous devons tenir compte de ce qui suit :

  • La BTC a été conçue pour stocker et transférer de la valeur d'un point A à un point B. Une meilleure comparaison serait le système SWIFT. J'espère que nous sommes tous d'accord pour dire que nous ne chercherions pas à payer notre café au magasin local avec un transfert SWIFT ?
  • Les BTC sont souvent qualifiés "d’or numérique". Ce n'est pas une comparaison juste (un sujet pour une autre discussion). Toutefois, si vous y tenez vraiment, vous pouvez prendre l'avion pour Abu Dhabi et utiliser un guichet automatique pour acheter une barre d'or d'une once. Vous pouvez ensuite vous rendre dans le café le plus proche et tenter de payer votre café avec votre barre d'or - bonne chance. Vous pouvez également utiliser un autre guichet automatique pour acheter des BTC. Vous pouvez vous rendre dans un café à Prague et utiliser votre application mobile pour payer votre café en BTC - une véritable transaction en BTC. Vous n'aurez pas à attendre 20, 30 ou même 60 minutes pour que la transaction soit confirmée - ils vous feront confiance.
  • Il y a quelques mois, j'ai envoyé un virement SWIFT d'une banque américaine à une banque européenne. L'argent a été crédité sur le compte et pouvait être utilisé en quelques heures. Dans la plupart des cas, c'est suffisant, à l'exception du coût de 45,00 USD. Cependant, essayez d'envoyer un virement pendant le week-end. Pas question - "heures des banquiers".

J'espère qu'il est devenu un peu plus facile de comprendre les avantages présentés par l'innovation perturbatrice de la blockchain et la déconnexion avec les attentes d'une telle technologie perturbatrice en si peu de temps.

Je pense que l'adoption de la blockchain et de son integration dans les systèmes bancaires de base existants seront le Rubicon que le monde fiduciaire est sur le point de franchir. Le monde fiduciaire sera-t-il capable d'assimiler la blockchain et de survivre ? Les banques seront-elles assimilées par la blockchain et deviendront-elles des reliques du passé comme les bureaux de télégraphe ? L'avenir nous le dira, mais il n'en reste pas moins que l'assimilation d'une technologie ne signifie pas son extinction. Ainsi, si les banques parviennent à réduire les coûts de transaction et à augmenter le débit des transactions en utilisant la blockchain, la question restera posée : pourquoi les utiliser, si les actifs peuvent être transférés sans elles en utilisant la même technologie.


Sur une note personnelle :

Je dirais que la technologie de la blockchain ne nous fait pas défaut, c'est nous qui faisons défaut à la blockchain et à la BTC avec nos attentes de devenir notre sauveur et de nous fournir des quantités insurmontables de richesse personnelle. Blâmer la BTC pour la hausse hyperbolique de 20 000 dollars l'année dernière, pour ensuite retirer tous les gains un an plus tard et parler de bulle, n'est pas très différent de blâmer une arme à feu pour le meurtre et non la personne qui l'a utilisée. La plupart des personnes qui ont participé aux "investissements" en BTC à la fin de l'année dernière ne pouvaient pas faire la différence entre BTC et CDC. Ils étaient motivés par la FMO et la cupidité pure. Aujourd'hui, ils crient tous à l'injustice et qualifient la BTC de chaîne de Ponzi, tout comme Garry Shilling et Ehud Barak, un ancien Premier ministre israélien.

La fraude peut-elle être perpétrée en utilisant la blockchain ou la BTC? Bien sûr ; il suffit d'investir dans une ICO qui promet de tokeniser votre animal de compagnie ou votre voisin. Peut-on perdre de l'argent en investissant dans les BTC et les crypto-monnaies ? Très probablement. Vous auriez pu suivre le conseil de quelqu'un au début de l'année (ou même maintenant) selon lequel la BTC va valoir 1 million, puis prendre une deuxième ou troisième hypothèque sur votre maison et l'investir dans la BTC. Vous pouvez également vous lancer dans le day-trading de crypto en suivant les prédictions d'un "oracle autoproclamé de la crypto".

La blockchain ou la CTB sont-elles responsables du résultat de vos actions ? À qui incombe-t-il de dire aux gens que les nuages Ichimoku, le MACD, le RSI, etc. ne peuvent pas indiquer de manière durable les mouvements de prix des crypto-monnaies, parce que la plateforme de négociation pour les crypto-monnaies n'a pas encore été développée. A qui incombe-t-il de protéger les gens de leur propre avidité insatiable ?

Trader des crypto futures ou des options comme stratégie d'investissement est à la limite de la folie. Née pour perturber et éliminer la monnaie fiduciaire, la crypto n'a rien à voir avec les marchés spéculatifs et leur analyse technique. La seule partie spéculative de cette équation devrait être notre consentement à l'utilité de la crypto pour faciliter l'exécution des contrats intelligents à mesure qu'elle continue de mûrir et devient un instrument financier dominant.

 

Cet article a été initialement publié sur Altcoin Magazine

Partagez ceci:

Mots clés:

    Faisons-le ensemble,
    Votre entreprise a une histoire à raconter

    Commande de rappel

    Nous vous rappellerons dans l'heure ou à une heure qui vous convient